C’est quoi la slack?

Longline
Le plaisir de la slackline est au premier plan.

La slackline consiste à se tenir en équilibre sur une sangle en fibre synthétique de 2,5 à 5 centimètres de large, tendue entre deux points fixes (généralement des arbres). La slackline est un sport à part entière avec de nombreuses variantes et disciplines, des championnats et des athlètes professionnels.

Les slacklines sont également utilisées comme outil d’entraînement à l’équilibre dans les sports d’élite, comme équipement de fitness ou en physiothérapie. L’activité slackline a aussi ses côtés créatifs, avec une tradition de performances, de spectacles et d’enrichissement des lieux publics. L’entrée dans le sport scolaire, le tourisme et les loisirs, entre autres grâce aux parcs de slackline, bat également son plein.

Un set de slackline se compose essentiellement d’une sangle (pas de corde), de deux élingues d’arbre et d’un système de tension – si la slackline est tendue entre des arbres, des protections d’arbre supplémentaires sont ajoutées.

Histoire

Bernhard Witz lors de la première ascension du champignon de l’Eiger

Au fil des siècles, les gens se sont maintenus en équilibre sur toutes sortes de choses, en particulier sur des câbles, des cordes ou des poutres qui ne sont pas très élastiques. Les grimpeurs passaient aussi souvent le temps lors des jours de repos et de pluie en se tenant en équilibre sur des chaînes et des cordes de barrière. En tant qu’activité distincte, la slackline sur sangles extensibles est née au début des années 1980 de cette même activité récréative des grimpeurs du parc national de Yosemite. Adam Grosowsky et Jeff Ellington ont été les premiers à avoir l’idée d’utiliser leur matériel d’escalade pour cela, amenant la slackline dans les camps de grimpeurs de la vallée. De là, il s’est lentement répandu sur la scène de l’escalade dans d’autres pays, dont la Suisse. La tendance de la slackline a vraiment décollé en Europe en 2006 avec l’introduction de simples ensembles de slackline dans les magasins de sport – nous estimons qu’aujourd’hui un Suisse sur vingt possède une slackline.

En quoi est-ce différent du funambulisme ?

Philippe Petit au WTC (New York 1974, © Jim Moore)

Traduit littéralement, le terme slackline signifie « bande lâche ». Contrairement au câble en acier, le tissu en fibre synthétique s’étire sous la charge du slackliner et devient donc dynamique, ce qui nécessite un équilibrage actif constant des vibrations et complique également la marche avec un bâton. Si le funambulisme a une longue tradition dans le cirque, la slackline est une activité plutôt jeune. En fait, toutes les figures que les artistes exécutent sur la corde en acier sont également possibles sur la slackline. Toutefois, grâce à son matériau élastique, il est possible d’effectuer de nombreux tours dynamiques. Les autres différences sont que vous pouvez étirer la slackline avec peu d’effort et que vous pouvez également pratiquer ce sport pieds nus sans aucun problème.

Slackline en Suisse

À partir de 2006, des ensembles de slackline ont été proposés à la vente en Suisse. Avec l’Autriche, l’Allemagne et le Brésil, on y trouve l’une des plus grandes densités de slackliners. Aujourd’hui, la Suisse compte neuf clubs de slackline avec un total de 350 membres, ainsi que des dizaines de groupes Facebook et WhatsApp. Le club le plus ancien est Slack Attack (Berne, 2009), les plus jeunes sont les clubs de Slackline Vevey et Nyon (2016). Ils sont tous réunis sous l’égide de Swiss Slackline, l’association suisse de la slackline. Swiss Slackline est à son tour un membre fondateur de l’International Slackline Association (ISA), qui a également été fondée en Suisse en 2015. Son vice-président, Thomas Buckingham, originaire de Suisse centrale, est également le président de Swiss Slackline. Des festivals tels que le Bern City Slack, le Transalp Waterline Tour ou le Moléson Highline Réunion ont rendu la Suisse célèbre dans le monde de la slackline et attirent de plus en plus d’athlètes internationaux dans le pays.

Gruppenbild, Festival, Spaceline
Slackliner au festival Slack de la ville de Berne

Les meilleurs athlètes suisses

Samuel Volery au Transalp Waterline Tour

Bien que la Suisse ne soit qu’un petit pays avec relativement peu de slackliners actifs, elle a déjà produit plusieurs athlètes de renommée mondiale. Samuel Volery (Uster, né en 1984) et Raphaël Bacot (Lausanne, né en 1989), par exemple, se sont battus à plusieurs reprises pour atteindre le sommet du monde dans des disciplines telles que la highline et la longline, tandis que Laetizia Gonnon (Genève, née en 1991) a pris la tête du classement mondial féminin dans ces mêmes disciplines et laisse derrière elle la plupart des slackliners masculins du monde.